De sacrés fêtards !

Où l’on assiste à une procession qui arrive en fanfare.

15 août, à Mosta. La ville semble particulièrement joyeuse aujourd’hui : des décorations colorées ornent les murs des maisons, la musique de la fanfare résonne dans les rues et on murmure que le feu d’artifice de ce soir sera encore plus grandiose que l’année dernière ! Serait-ce l’équivalent de notre 14 juillet et son bal des pompiers ?

Pas vraiment ! Aujourd’hui est la festa de la ville, c’est-à-dire le jour où elle célèbre sa sainte patronne à l’occasion de l’Ascension : la Vierge Marie. Cette fête annuelle trouve donc son origine dans la religion, même si son visage a bien changé au fil des siècles.

Procession de l’Assomption à Mosta (Malte)

À ses débuts au 17e siècle, la festa se passe uniquement à l’intérieur de l’église, avec une messe. Puis on commence à ajouter de multiples bougies et à jouer de la musique religieuse… la naissance des sons et lumières ! Ensuite, la festa sort de l’église avec une procession : la statue de la sainte patronne, perchée sur les épaules des porteurs, traverse alors la ville.

Festa dans la ville de Birkirkara, statue de Sainte-Hélène

C’est au milieu du 19e siècle que les fanfares et les feux d’artifice font leur entrée, marquant ainsi un tournant dans la tradition. La population tout entière s’empare de cette fête, en tant qu’acteur et non simplement spectateur. Le religieux et le laïc se mêlent, si bien qu’aujourd’hui c’est un incontournable du tourisme maltais.


Il faut dire qu’il y a de quoi faire, puisque cette tradition n’est pas limitée à Mosta : plus de 80 célébrations rythment l’été de mai à septembre. Chaque paroisse fête son propre saint patron ou sainte patronne, tout en essayant d’avoir une encore plus belle festa que les paroisses voisines. C’est malgré tout la même joyeuse recette pour chacune d'entre elles : un mélange de spiritualité, de tradition et de fête !