Erreur de commande ?

Où l’on affiche haut et fort ses valeurs.

1570, Toulouse. Les capitouls, qui tiennent les rênes du pouvoir local, viennent de recevoir un immense tableau. On y voit quatre femmes, dont certaines sont un peu… dénudées. Est-ce une erreur de livraison ?

Arnaut Arnaut, Les Quatre fonctions du Capitoulat toulousain,

vers 1570, huile sur toile, 268,5 x 220 cm, Musée des Augustins, Toulouse. Photo : Daniel Martin

Eh non, les capitouls eux-mêmes ont bel et bien passé cette commande à leur peintre officiel Arnaut Arnaut. Mais avant de crier au scandale, enquêtons un peu pour bien comprendre la signification de cette œuvre. Les quatre figures sont en fait des allégories, c’est-à-dire des symboles.

Les portraits des capitouls de l'année 1393-1394,

Livre I des Annales (1295-1532), enluminure, Archives municipales, Toulouse. Photo : Ville de Toulouse

À cette époque troublée par les guerres de Religion, le pouvoir local ("Capitoulat" de son p'tit nom) souhaite en effet affirmer fièrement les valeurs de sa ville. Et un tableau de 2,68 mètres de haut semble être idéal pour ne pas les perdre de vue !

Arnaut Arnaut, Les Quatre fonctions du Capitoulat toulousain (détail : Allégories de la justice et les travaux publiques),

vers 1570, huile sur toile, 268,5 x 220 cm, Musée des Augustins, Toulouse. Photo : Daniel Martin

La première de ces figures, sur la gauche, représente la justice. Impartiale avec ses yeux bandés, elle pèse le pour et le contre grâce à sa balance et tranche finalement avec son épée. La deuxième tient une pioche et un bout de muraille pour représenter les travaux publics, un domaine qui incombe au pouvoir local.

Détail : Allégorie de l'administration des hôpitaux


Pour la troisième, le jeu de piste se complexifie. Observons bien les indices que nous avons : une coquille sur le chapeau de l’allégorie, son bâton de marche et dans ses mains une église avec un pèlerin … Eurêka, Arnaut fait référence au pèlerinage de Compostelle qui nécessite le développement d’infrastructures d’accueil. Ainsi, il symbolise l’administration des hôpitaux.

Détail : Allégorie de la police des métiers

Enfin, la dernière femme tient une grande équerre en bois et un compas, en référence à la police des métiers. Avec ces messages cachés, les capitouls affirment leur volonté de faire de Toulouse une ville rigoureuse, qui mène à bien ses missions. Ils ont bien une vision forte pour leur ville… mais n’ont a priori rien de voyeurs !